mardi 22 novembre 2016

New Orleans 1



Voilà, pour ceux qui ne le savent pas, je suis en ce moment à la Nouvelle Orléans. Un pas vers mes origines lointaines africaines déracinées ? Surtout un voyage de plaisir, organisé rapidement pour découvrir une ville que j’ai appris à connaître à travers des livres, de la musique et des séries tv ? J’en profite pour faire une première parenthèse et remercier encore toutes les personnes qui ont comploté avec Charlotte pour me donner du gros bonus afin de me rendre à la Big Easy plus aisément. Deuxième parenthèse, je vous recommande vivement, surtout pour ceux qui ont aimé la série Treme (voire The Wire), à lire Le vent dans les roseaux de Wendell Pierce. En effet, à part sa facette catholique qui une ou deux fois prend le pas sur le récit  et me fait décrocher, c’est un récit plein d’humanité, qui parle d’art, de culture, d’histoire des afro-américains, évidemment de jazz et de la place des artistes dans la société. Je serais booktuber je dirais « un vrai coup de cœur », je ne suis que moi alors : lisez-le !

Donc une courte semaine à NOLA, la Big Easy, New Orleans, etc. De quoi me plonger dans la culture locale, sa population, sa cuisine et sa musique. Le premier sentiment est que c’est une ville généreuse et gentille. On se dit bonjour quand on se croise et « comment ça va ? » quand on entre dans un lieu. Alors oui, c’est avat tout une cité touristique et cela se voit dans la population qui, post-K (après l’ouragan Katrina) a changé. Se sont imposés les plus riches qui en ont profité pour creuser un grand fossé pour se séparer des plus pauvre. Aujourd’hui, j’ai pu admirer et photographier des demeures au style coloniale somptueuse dans Garden District, passer par l’Ashé art Center (lieux cultuel de la population noire africaine présentant ses raines au travers du stylisme, de la peinture, etc), et… passer sans voit à côté d’un rassemblement. Je m’en étais rapproché car j’y avais des tonnelles colorées et beaucoup de musique, pour me rendre compte en m’approchant qu’il y avait une longue file d’attente de gens avec des sacs et des cadis qui ne respiraient pas la richesse. Un glups plus tard je m’en suis retourné visiter d’autres coins. Je ne sais pas ce que donnera la politique de Trump là-dessus, surtout que déjà localement le maire de NOLA et la sénatrice (sa sœur) font en sorte de continuer ce que le Uptown local avait débuté post-K : vouloir se débarrasser des pauvres en rachetant leurs maisons (ou ce qu’il en restait) pour construire des parcs ou des demeures pour les plus friqués.
Mais restons optimistes, comme les résidents qui ont une pêche d’enfer !
Voici quelques images en vrac :
Pour l’instant je suis ravi de cette visite. Je vous comme quelques images en vrac pour vous laisser apprécier.

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrire un commentaire (Mis en ligne après modération)