dimanche 30 septembre 2018


Hiver Indien (Bousquet – Rubini _ Marabulles)


Petit passage en coup de vent…de saison.
Comme nous quittons l’été tardif, j’ai enfin pris le temps de me plonger dans cette superbe BD au titre prometteur. Evidemment, j’en connaissais le sujet, j’avais vu quelques planches en exclusivité, mais j’ai toujours une préférence pour les livres terminés….en bois mort aplati.
Les dessins de Stéphanie Rubini sont « sensibles ». C’est le mot le plus approprié que j’ai trouvé pour les définir ; Légers, avec une force graphique importante mais pas violente ; Subtils, car on se plaît également à regarder les détails ; des couleurs légères, parfois « cassées » pour mieux faire contraste avec des pointes de couleur franches. Et par ailleurs, c’est pour cela que je trouve la couverture très réussie. Elle présente aussi bien le beau travail de la dessinatrice qu’elle résume l’histoire, avec juste assez d’informations pour que l’on aille chercher le récit derrière.

 


Pour le résumé de l’histoire, je vous laisse faire trois clics et vous trouverez. Toutefois, j’ai aimé cette histoire pour son immersion : on est immédiatement happé par l’intimité de l’héroïne. On ressent pleinement ses émotions et on se laisse porter page après page par la compassion que l’on a pour elle.  Ce que j’apprécie également, c’est que Manon est nous, les lecteurs. Son quotidien se reflète aisément dans le nôtre, et pourtant, son histoire et totalement atypique. Charlotte Bousquet nous pousse dans des personnages très vrais, entre la banalité du quotidien très bien raconté et cette petite touche hors norme qui ferait de cette BD une superbe adaptation au cinéma. Évidemment, quand on referme le livre on se plaît à s’imaginer une suite avec ces personnages, mais d’un autre côté, tout est dit, aller plus loin serait aller à l’encontre de l’authenticité des protagonistes.

Enfin, pour ne rien gâcher, il y a aussi un beau travail par Marabulles sur l’objet : très bonne qualité de papier, belle impression très propre, et j’ai l’impression un véritable respect des couleurs. Je vous conseille donc vivement de l’avoir dans votre bédéthèque en attendant de voir ce que le cinéma pourrait en faire en termes d’adaptation.C'est véritablement plein de poésie dans l’écriture et le dessin et c’est fort en émotions sur les thématiques de la musique et de la confiance en soi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrire un commentaire (Mis en ligne après modération)