mercredi 18 novembre 2015

Tranche de vie, tranchée à la kalach




4h25 : boum, boum.
J’ouvre un œil, puis le second. Il fait sombre. Silence. J’ai donc rêvé. Pourriture de rêve qui dégouline sur la période éveillée. Ça nous arrive à tous. Je tente de me rendormir, ma moitié étant encore dans les bras de Morphée. Je ferme un œil, puis le second.
4h26 : Boum ! Boum ! Boum !
Cette fois j’ai les yeux grands ouverts. Un doute, cependant. Ce ne sont pas les malades qui remettent ça quand même ? Je me lève, vais à la fenêtre. Entrouvre. Ce n’est pas un crétin qui frappe sur une poubelle vide. Ce sont des détonations. Rafales. Taratata ! Tac Tac tac. Un calibre plus gros que l’autre. Semi automatique. Rafales courtes. Par rapport où nous nous trouvons, c’est vers le métro Porte de Paris. La guerre s’arrête quelques minutes. Explosion. Le bruit de tirs qui se déplacent. On a passé 4h30. Je crois que ça suit la ligne de tram, vers le RER. Puis plus rien. Fini. Nada. Niet. Oualou ! (en plusieurs langues, car je suis Dyonisien et fier des mélanges culturels).
J’attends, passe sur les réseaux sociaux. Laisse un message sur le PiafBleu pour savoir si je suis le seul à y avoir prêté attention. S’il y a un truc spécial, si je délire. Rien. 20mn de spectacle auditif plus tard : calme plat.
Je retourne me coucher.


video


5h. La fête à Kalach reprend. Explosion. Détonation. Tac Tac Tac. Le rythme change. Les silences se multiplient. Je ne peux plus dormir. Je me lève. C’est définitif, je ne fermerai plus l’œil… J’allume l’ordinateur, en quête d’infos. Les premières news tombent : « intervention de police à Saint-Denis ». Les tirs reprennent. Un hélico entre dans la danse. Mes pensées stupides se multiplient : des Famas ? Des Kalach ? Ça crache du lourd ! Alors c’est à ça que ressemblent les nuits des gens, de l’autre côté de la méditerranée ? On s’y habitue ? On peut dormir avec ce genre d’attaques sonores ? Le Président à dit qu’on était en guerre : purée, c’est ça la guerre ?
Les minutes passent, les médias racoleurs se jettent sur les premières miettes. Premiers messages amicaux pour savoir si on va bien. Ma moitié et maintenant là, pas loin. On se colle à CharognardTV. Les seuls à donner des informations pour le moment. Les accalmies laissent place à de nouvelles détonations. Le jour se lève. D’autres médias un peu plus sérieux mais moins réactif commentent l’intervention du RAID et de la BRI. La valse médiatique tourne en rond. Pas d’info concrète. Pourtant, bêtement, entre deux messages pour rassurer nos proches, on a le cerveau branché dessus. Puis, les combats cessent, les messages pour rester chez soit tombent. Les flics débarquent dans la rue, repoussant à coup d’ordres secs les « journalistes » et les badauds en manque de sensations, portables à la main. Une voisine sort la tête par la fenêtre. Elle interpelle une connaissance sur le trottoir d’en face. L’homme nous dit que lui et des collègues sont arrivés dans une rue, se sont fait braquer par quatre types en jeans avec des vestes militaires des cagoules et des kalachnikovs.


Petit à petit, il n’y a plus que le bruit de CharognardTV. Au bout d’un moment, résignés à être bloqués chez nous, on se déconnecte et on reprend une vie « normale ».
Donc oui, nous allons bien. Et merci à tous ceux qui nous ont contactés pour prendre des nouvelles. Demain est un autre jour, j’aurai dormi… et je repartirai en quête de bonheur et de créativité : juste pour faire la nique aux bas du front en chasse d’étranger (en l’occurrence l’histoire ne leur donnera que des Belges pour « étrangers ») et aux pourritures qui se croient tout permis, derrière leurs armes achetées aux Européens avec des seaux remplis de liquides aussi sombres et poisseux que leur esprit.

Nb : c’est juste un épisode partagé. Un ressenti, non pas pour raconter ma vie dont tout le monde se moque, mais qui m’a semblé important de raconté. Ça m’est venu quand j’ai lu le billet de Catherine, mieux écrit, plus intéressant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrire un commentaire (Mis en ligne après modération)